Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
On drogue, on torture et on tue les vieux

Personnes âgées et médicaments, EHPAD, torture, hôpital, maltraitance médicamenteuse, psychotropes, maison de retraite, , médecine, extermination, massacre, génocide, barbarie médicale, torture chimique avec des médicaments, drogues, défonce médicamenteuse, horreurs, médecins, agonie, souffrances, univers concentrationnaire, prison pour personnes âgées, camp d'extermination par les médicaments, violences médicales et médicamenteuses, non-information sur les traitements, abus de traitement sédatif ou neuroleptique, génocide gériatrique...

Incontinence sur ordonnances

Les médicaments qui provoquent l'incontinence

La prescription de médicaments diurétiques, relaxants musculaires, médicaments antidépresseurs et même décongestionnants nasaux peut favoriser chez certains patients une incontinence urinaire par impétuosité, par regorgement ou encore d’effort. Les effets secondaires du traitement sont en principe temporaires, mais il est impératif de parler de ce problème de contrôle de la miction à son médecin pour être sûr de la cause.

La prescription d’un traitement modifiant le contrôle de la miction

Un traitement, outre le fait de soigner une pathologie présente le plus souvent des effets secondaires. Parmi ces derniers, certains médicaments semblent favoriser une baisse du contrôle de la miction. Pas d’inquiétude à avoir, donc, en cas d’incontinence urinaire suite à une prescription, il suffit d’en parler à son médecin afin de s’assurer qu’elle en est bien à l’origine, et donc temporaire.

Incontinence urinaire et médicaments diurétiques

Les traitements médicamenteux présentent des effets secondaires parmi lesquels l’incontinence urinaire. Bien entendu, les médicaments diurétiques, en augmentant le volume de l’urine excrétée, favorisent l’incontinence par impétuosité, c’est-à-dire le sentiment d’une envie urgente d’uriner.

Incontinence urinaire et relaxants musculaires

Outre le fait d’augmenter le volume d’urine, les relaxants musculaires agissent sur les muscles pelviens et détendent l’urètre. Ils favorisent ainsi eux aussi l’incontinence par impétuosité accompagnée de son sentiment d’urgence de devoir se rendre aux toilettes dans les plus brefs délais.

Incontinence urinaire et médicaments antidépresseurs

En agissant sur le système nerveux, les traitements antidépresseurs présentent eux aussi, parmi leurs effets secondaires, l’incontinence urinaire. Les neuroleptiques, les anxiolytiques ainsi que les opiacés provoquent la sédation, un désintérêt de l’utilisation des toilettes ou encore une rétention d’urine par la distension de la vessie. Par leur action anticholinergique, les antihistaminiques peuvent eux aussi se classer dans cette catégorie, en présentant les mêmes effets.

Incontinence urinaire et décongestionnants nasaux

Les décongestionnants nasaux vendus sans ordonnance dans le commerce comptent eux aussi parmi les traitements à l’origine de l’incontinence urinaire temporaire. Les agonistes α-adrénergiques provoquent une rétention urinaire consécutive au relâchement de la vessie ou encore un renforcement des muscles vésicaux. Ils peuvent ainsi déclencher une incontinence par regorgement dans le premier cas, la vessie stockant plus d’urine qu’elle ne peut en contenir, et dans le second cas une incontinence d’effort en toussant, en riant ou en réalisant un effort physique.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article