Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
On drogue, on torture et on tue les vieux

Personnes âgées et médicaments, EHPAD, torture, hôpital, maltraitance médicamenteuse, psychotropes, maison de retraite, , médecine, extermination, massacre, génocide, barbarie médicale, torture chimique avec des médicaments, drogues, défonce médicamenteuse, horreurs, médecins, agonie, souffrances, univers concentrationnaire, prison pour personnes âgées, camp d'extermination par les médicaments, violences médicales et médicamenteuses, non-information sur les traitements, abus de traitement sédatif ou neuroleptique, génocide gériatrique...

La sclérose en plaque sur ordonnances

Les médecins qui guérissent la SEP sont radiés par l'ordre des médecins aux seuls ordres de BIG PHARMA

https://www.youtube.com/embed/RTuDAUXFdtY

une cinquantaine de gendarmes se rendaient au laboratoire de recherche du Docteur Geffard qui a été fermé

Encore un scandale contre des médecins en France

Scléroses en plaques (SEP) / encéphalomyélite disséminée et certaines origines possibles

En France : plus de 100 000 personnes touchées par la Sclérose en Plaques, 400 000 en Europe et 2.3 millions dans le monde.
L'âge moyen de début de la maladie se situe entre 25 et 35 ans. Néanmoins, il existe des formes pédiatriques (âge de début avant 18 ans) et des formes qui débutent après 40 ans.
Aujourd'hui, en France, la SEP fait 4 000 à 6 000 nouveaux diagnostiqués chaque année. Et parmi les personnes atteintes, 3 sur 4 sont des femmes.
 
Entre 1994 et 2008, la fréquence des seules SEP était passée de 20 000 à 83 000 cas
 
Une nouvelle étude publiée aujourd’hui dans la revue PLOS Medicine renforce l’hypothèse selon laquelle une déficience en vitamine D contribuerait à l’apparition de la sclérose en plaques.Il y a quelques années, l’équipe de Brent Richards, de l’Université McGill, affirmait dans la revue The Lancet avoir découvert quatre variations génomiques liées à la production et l’élimination de la vitamine D. Les chercheurs avaient ensuite remarqué que ces variations étaient associées à des bas niveaux de vitamine D. Cette fois, les mêmes scientifiques ont cherché à savoir si ces variations génétiques augmentaient le risque de développer la sclérose en plaques. Et leurs résultats — obtenus sur 38 000 sujets (14 000 cas de sclérose en plaques et 24 000 individus sains) — confirment qu’une insuffisance en vitamine D consécutive à l’une ou l’autre de ces variations génétiques est clairement associée à un risque accru de développer la sclérose en plaques chez les individus d’origine européenne.
 
Dans la littérature médicale, de nombreux auteurs semblent penser que la SEP est sans doute due à une infection par Borrelia burgdorferi, la bactérie spirochète responsable de la maladie de Lyme. Il y a au moins cinq raisons qui étayent cette thèse, du moins pour certains cas de SEP :
  1. Des spirochètes ont été signalés dans des échantillons d’anatomopathologie prélevés chez des patients atteints de SEP.
  2. La flagelline des spirochètes (substance de la « queue » de Borrelia burgdorferi qui lui permet de se déplacer) a des similitudes immunologiques avec la myéline (la substance grasse qui isole les nerfs à la manière d’une gaine).
  3. Les manifestations du processus de démyélinisation de la SEP sont très similaires à celles de la maladie de Lyme : inflammation des yeux et de la moelle épinière, entraînant une perte de l’acuité visuelle et des troubles de la marche. Cliniquement, les deux maladies sont difficiles à différencier.
  4. Si un médecin effectuait des ponctions lombaires pour tenter de différencier la SEP de la maladie de Lyme neurologique, il trouverait des résultats très semblables.
  5. Certaines structures kystiques de la maladie de Lyme ont été retrouvées dans le système nerveux central de patients atteints de SEP. La forme kystique adoptée par Borrelia burgdorferi est l’un des mécanismes par lequel la bactérie peut persister très longtemps dans l’organisme, même dans des conditions très extrêmes, pour se réactiver en spirochètes normaux et mobiles dès que les conditions sont meilleures.
Un type de cellule du cerveau spécialisées appelée oligodendrocytes sont responsables de la construction ou la réparation de la gaine de myéline. Sclérose en plaques entraîne une perte accrue des oligodendrocytes. Les cellules spécialisées ont des récepteurs de glutamate perméable de calcium et sont plus sensibles au stress oxydatif que les cellules moyennes alors qu’ils sont particulièrement à risque d’être endommagé par le stress émotionnel ou physique permanent ou d’un traumatisme crânien. (6) sphingomyéline est l’un des éléments constitutifs de la gaine de myéline, (7) et est formée par les oligodendrocytes. (8)

Sclérose en plaque sur ordonnances et vaccins

Une augmentation de 65 % des scléroses en plaques (SEP) après le pic de vaccination contre l’hépatite B en 1994

À partir de deux sources de données, celles du système national d’Assurance-maladie (CNAM) et du système de pharmacovigilance de l’ANSM (Agence nationale de sécurité des médicaments et des produits de santé), le Dr Dominique Le Houézec, conseiller médical du réseau REVAHB*, identifie une augmentation de 65 % des cas de scléroses en plaques (SEP) dans les années 1995-1996, soit deux ans après la campagne de vaccination de masse contre l’hépatite B qui a eu lieu en 1994.
 
Les recherches inédites menées par le neurologue de Vancouver Chris Shaw établissent un lien entre l’hydroxyde d’aluminium utilisé dans les vaccins et les symptômes associés à la maladie de Parkinson, la sclérose latérale amyotrophique (ALS ou maladie de Charcot) et la maladie d’Alzheimer
 
par les travaux des professeurs Gherardi et Authier de l’hôpital Mondor, est due aux sels d’aluminium utilisés comme absorbant. Ceux-ci passent la barrière céphalique pour s’accumuler dans le cerveau, pouvant ainsi provoquer des effets secondaires graves et nombreux, telles des maladies auto-immunes (scléroses en plaques, encéphalomyélites aiguës disséminées, syndrome de Guillain-Barré, etc.), des myofasciites à macrophages, des paralysies irréversibles, autismes, etc. Ces travaux ont aussi montré la présence de fractions d’ADN de PVH (papillomavirus humain, présent dans le vaccin) lors d’autopsies de cerveaux !
 
Le Dr Marc Girard, qui fut l’expert nommé par la Cour d’appel de Versailles, estime à plus de 80 000 les cas de sclérose en plaques associés à ce vaccin, ce qui est très loin du chiffre officiel. Il a découvert un rapport de la Direction générale de la santé (DGS), du 15 février 2002, selon lequel ces vaccins auraient produit "la plus grande série d’effets indésirables recueillis en pharmacovigilance depuis sa naissance en 1974", alors que tous nos responsables (mais pas coupables) de la santé persistent à affirmer qu’il n’y en a pratiquement pas. Il a aussi constaté que le centre de pharmacovigilance de Strasbourg est tellement efficace qu’une victime, décédée en 1998, était alors déclarée toujours vivante, et une autre victime aurait été vaccinée deux mois après son décès. De même, 99 % des dossiers de l’enquête auraient été "perdus" en cours d’analyse. Il est certain que, dans le domaine de la santé, les pertes de dossiers s’accumulent, comme c’est aussi le cas dans le scandale de l’hormone de croissance.
 
Dominique Le Houezec a établi un lien solide entre ces vaccins et une hausse soudaine du nombre de cas de SEP (Sclérose En Plaques) en développement en France.
 
Témoignage concret et intéressant de Karine, une jeune femme de 25 ans ayant déclenché une sclérose en plaques après vaccination (en 3 doses) de Gardasil. Elle a fait confiance à sa gynéco qui lui avait conseillé ce poison. Après la deuxième dose, elle sent que ça bascule: quelques jours après, elle déclare une forte grippe avec pustules dans la bouche (+ prescription d'antibiotiques) et puis "c'est passé" et il ne fallait soi-disant plus s'inquiéter MAIS... un an plus tard, elle tombe dans le métro avec pertes d'équilibre et vision floue de l'oeil droit, soit le tableau classique de sclérose en plaques avec névrite optique puis par la suite difficultés urinaires et engourdissement des mains et le médecin vaccinateur qui lui disait toujours que "ça allait passer", que "c'était peut-être psychologique"... pendant ce temps, paralysie du bras droit, elle ne sait plus manger ou s'habiller seule.... à 25 ans, cette jeune femme vit dans l'angoisse d'atterir dans un fauteuil roulant

Le lien entre le vaccin contre la fièvre jaune reçu par Karim Kedaimia et la survenue d'une sclérose en plaques a été établi par la justice. Mais la question de l'indemnisation n'est pas tranchée....

Gardasil, Hépatite B, adjuvants... Les vaccins peuvent-ils aussi nuire à notre santé ?

SEP et neurotoxiques, chimiques et autres

Dès 2012, une étude toxicologique parue dans la revue PloS One a comparé les effets des pesticides sur les cellules nerveuses lorsque ces produits étaient pris séparément puis lorsqu’ils étaient associés. Résultat : la combinaison de trois fongicides courants, multiplie par vingt à trente les effets dommageables sur le système nerveux ! Des résultats qui donnent de sérieux indices pour comprendre l’augmentation des cas de maladies d’Alzheimer, de Parkinson et sclérose en plaque ces dix dernières années.

SEP et métaux lourds ?

L’exposition aux métaux lourds a été associée à une plus grande incidence de la Sclérose En Plaques (SEP). Par ce travail, nous présentons une possible relation entre les taux de mercure sanguins et le développement de la Sclérose en Plaques à Isfahan, la troisième ville d’Iran. 74 patients affectés par la Sclérose en Plaques ont été recrutés à la clinique de la Sclérose en Plaques d’Isfahan, Iran. En associant le sexe et l’âge, 74 volontaires en bonne santé ont été choisis comme groupe de contrôle. Des échantillons de sang ont été prélevés et les niveaux de mercure sanguins déterminés. [...] Tous les patients atteints de SEP présentaient une concentration de mercure dans le sang significativement plus élevée que celle du groupe de contrôle [...]. Cela peut signifier que des taux de mercure élevés dans le sang pourraient favoriser le développement de la Sclérose en Plaques chez des individus sensibles.
 
Il peut endommager votre cerveau. La recherche a démontré qu’il peut causer un stress toxique et oxydatif dans le cerveau. Votre cerveau peut stocker beaucoup d’aluminium qui peut entraîner la sclérose en plaque, le syndromes de la fatigue chronique, l’épilepsie, ADD, la maladie d’Alzheimer, le syndrome de Guillain-Barré et d’autres troubles neurologiques.
 
Le mercure est également toxique pour le cerveau et tous les autres organes et les tissus. Il est incriminé dans beaucoup de pathologies de l’adulte : Syndrome de Fatigue Chronique, Fibromyalgie, Sclérose en Plaques, Maladie d’Alzheimer et Parkinson.
 
Les recherches suggèrent que ce métal lourd contribue aussi à l'autisme et à la sclérose en plaques.

Symptômes de sclérose en plaque et aspartame

sclérose en plaques,symptômes fibromyalgiques, de spasmes, de lancements d’engourdissements dans les jambes, de crampes, vertiges, nausées, maux de tête, acouphène, douleurs articulaires, dépressions, crises d’angoisse…

Eau du robinet et sclérose en plaque

Ces métaux toxiques ne sont pas seulement le mercure des amalgames, des vaccins et de certains produits de maquillage, mais aussi l'Aluminium des mêmes vaccins et des eaux des villes

La sclérose en plaque se guérit dans certains cas ????

Comment la médecine par les plantes et une alimentation corrigée ont pu inverser les symptômes de ma sclérose en plaques

J’avais été malade depuis si longtemps, et les médicaments n’avaient pas pu m’aider. C’est alors que j’ai décidé d’essayer l’alimentation Wahls’ Paleo préconisée par le Dr Thierry Wahls qui se porte à merveille après avoir souffert d’une sclérose en plaques progressive.
 
Après avoir suivi plus de 300 patients atteints de cette maladie, le médecin homéopathe lillois s’est en effet décidé à partager son expérience de la SEP et de sa causalité psycho-émotionnelle. Grâce à une approche pluridisplinaire qui tient compte également de la santé intestinale et des carences
 

Livres comment guérir de la sclérose en plaque ???

La sclérose en plaques (SEP) est réputée incurable. Les médicaments enrayent les poussées et améliorent la qualité de vie, mais n'empêchent pas la progression de la maladie. Pourtant ce livre montre qu'en changeant radicalement d'alimentation et en suivant un programme d'exercices ciblés on peut retrouver une vie normale.
 
Changement de régime, de désintoxication et de nutrition pour la récupération totale
 
est épuisé en librairie depuis plusieurs années mais il est désormais disponible en téléchargement sur le site de la Fondation KOUSMINE
 
Touchée par la sclérose en plaques, la Dre Terry Wahls est parvenue à retrouver sa mobilité et à se rétablir en adhérant aux concepts de la médecine fonctionnelle et en adoptant un régime alimentaire inspiré de celui de nos ancêtres du Paléolithique.
 
Notre pratique a été très marquée par l'enseignement du Dr Kousmine, mais nous avons obtenu des résultats qui nous sont apparus comme encore meilleur

Témoignages de victimes guéries de la sclérose en plaque ???

La sclérose en plaques peut  être traitée !

Le récit de l’expérience d’un médecin touché lui-même par la sclérose en plaques
Son livre : SCLEROSE EN PLAQUES : MA REMISSION GRâCE AU REGIME PALEO
 
A vingt ans, elle s’est battue contre la sclérose en plaques. Comme la médecine traditionnelle ne lui apportait pas de soulagement, elle décida de créer son propre programme de traitement. Elle découvrit que les levures et les toxines fongiques étaient les principaux coupables des maladies auto-immunes.
En ayant recours à une alimentation très stricte pour combattre le candida, Ann put finalement guérir sa sclérose en plaques. Remplie de gratitude par rapport au triomphe qu’avait représenté sa guérison, elle réalisa que sa mission était d’informer le public.
La police pense que la thérapeute holistique anti-vaccins a été assassinée
 
Comment la médecine par les plantes et une alimentation corrigée ont pu inverser les symptômes de ma sclérose en plaques !
 
La Dr Terry Wahls était dans une position assez difficile. Pendant quatre ans, elle a souffert de sclérose en plaques progressive secondaire, qui l’a confiné dans un fauteuil roulant. Mais dans cette conférence TED, elle explique comment elle a utilisé la médecine fonctionnelle pour créer ce qu’on appelle le Protocole Wahls. Avec lui, elle a transformé sa santé et toute sa vie! Elle marche facilement sans canne et se rend au travail à vélo.

Justice

Nancy: 2,4 millions d'euros d'indemnisation pour une sclérose en plaques post-vaccinale Suite à une vaccination à caractère obligatoire contre l'hépatite B en 1992, une infirmière a présenté « des désordres neurologiques, des troubles visuels, des paresthésies des quatre extrémités et d’autres symptômes relevant de la symptomatologie de la sclérose en plaques».

Marie-Océane, une jeune femme de 15 ans, atteinte de encéphalomyélite aiguë et/ou d'une sclérose en plaques a déposé un recours en justice après une première plainte déposée en 2010. Une vingtaine de jeunes filles dans son cas ont décidé de la suivre et, elles aussi, d'entamer prochainement une action en justice.
 
Le laboratoire GlaxoSmithKline (GSK) a récemment été condamné par le tribunal de Nanterre à verser près de 400.000 euros à une jeune femme atteinte de sclérose en plaques après avoir été vaccinée contre l'hépatite B, rapporte le quotidien Liberation.fr. Ce jugement intervient après dix ans de procédures.
GSK a été déclaré "entièrement responsable des conséquences dommageables résultant de la défectuosité du vaccin Engerix B". Cette décision est une première depuis un arrêt de la Cour de Cassation de 2003 indiquant que le lien entre la vaccination et la sclérose en plaques ne pouvait être établi.
 
Rituxan (générique: rituximab), un médicament utilisé pour traiter la polyarthrite rhumatoïde, le lymphome non hodgkinien et le lupus érythémateux systémique a été lié à une infection cérébrale rare mais grave qui porte atteinte à la vie, appelée leucoencéphalopathie multifocale progressive ou PML.

Quelques livres

Alzheimer, parkinson, sclérose en plaques, autisme… Pourquoi le nombre de personnes atteintes d’une maladie neurodégénérative explose-t-il, et pour quelles raisons les malades sont-ils de plus en plus jeunes ? Ce livre révèle que ces maladies se préparent déjà dans le ventre des mères, devenues malgré elles des « mamans neurotoxiques ». Ensuite, tout au long de la vie, nos neurones sont exposés à un cocktail d’agressions capable de diminuer irréversiblement les fonctions de notre cerveau. Ces substances parfaitement identifiées et documentées par les scientifiques, pourraient être bannies de notre environnement si une véritable politique de prévention était menée.
Au moment où ce type de maladie a été déclaré “cause nationale” en France, l’enquête événement  de Marie Grosman et Roger Lenglet accuse : malgré les connaissances scientifiques la prévention est gravement négligée.
Etudes et investigations rigoureuses à l’appui, les auteurs démontent le mécanisme d’un “effet d’aubaine” ignoble en faveur de l’industrie pharmaceutique et proposent des solutions face à cette crise sanitaire.

La sclérose en plaque Dr Montain

Médicaments pour la sclérose en plaque

Effets indésirable graves
 
Pour ceux qui doutent de l’éthique lamentable qui peut régner dans certains  grands laboratoires pharmaceutiques, en voici un exemple radical ici: Par l’utilisation de deux biais statistiques absolument volontaires (arrêt prématuré de l’étude, biais d’attrition d’une ampleur éhontée) la société Biogen a réussi à hisser en tête des ventes un interféron sans intérêt, avec prix Galien 1998 à la clé.
 
Le traitement de référence de la SEP est un interféron bêta (Avonex, Rebif, Betaferon…) nombreux effets indésirables. La balance bénéfices-risques des autres traitements n’est pas plus favorable, voire très défavorable. C’est le cas pour ces deux immunodépresseurs qui exposent à des risques énormes :
Le natalizumab (Tysabri)Risque d’infections graves, voire mortelles comme les leucoencéphalopathies multifocales progressives (2 patients pour 1 000) des réactions d’hypersensibilité parfois graves et des atteintes hépatiques.
Le tériflunomide (Aubagio)Risque d’effets indésirables graves, parfois mortels : Atteintes hépatiques, leucopénies et infections. Il expose aussi à des neuropathies périphériques.
 
 
L'agence européenne du médicament (EMA) a recommandé, le 7 mars, la suspension immédiate du Zinbryta (daclizumab), un médicament contre la sclérose en plaques qui a été autorisé en 2016, en raison du risque d'inflammation cérébrale grave
 
La revue indépendante Prescrire vient d'ajouter à sa nouvelle liste des médicaments à écarter deux produits immunosuppresseurs qui les exposent à des risques disproportionnés.
Le tériflunomide est disponible dans le commerce depuis fin 2014 seulement, sous le nom d'Aubagio. Il n'est pas donné : 827 euros la plaquette pour un mois.
Officiellement, il n'apporte pas d'amélioration du service médical rendu par rapport au traitement de référence, un interféron, mais est tout de même autorisé.
l n'est pas démontré qu'il retarde l'aggravation du handicap, et de surcroît il peut exposer à des complications graves, voire mortelles comme des atteintes du foie, des carences en globules blancs ou encore des atteintes des nerfs des membres supérieurs et inférieurs.
Il provoque aussi la survenue de malformations et de morts chez les animaux exposés pendant leur gestation, laissant ainsi planer de très sérieux doutes chez l'homme.
Son grand frère, le natalizumab (Tysabri), disponible seulement à l'hôpital depuis 2007, n'a rien à lui envier.
Son efficacité est mal cernée et les données après commercialisation révèlent qu'il est encore plus toxique que prévu. Infections, réactions d'hypersensibilité, hépatotoxicité, ses effets secondaires sont graves et peuvent même être mortels.
Un risque de cancer à long terme n'est pas exclu.
 
L'immunothérapie est une méthode de traitement permettant de lutter contre toutes sortes de maladies et notamment le cancer, en administrant des médicaments qui vont activer et mobiliser les défenses immunitaires.
 
Aujourd’hui, en milieu hospitalier, seuls les anti-inflammatoires et les immuno-suppresseurs sont proposés comme traitement à long terme, alors que cette stratégie peut tout juste être nécessaire sur 1 à 2 semaines, en cas de poussée aiguë.
 
"Il n'est pas raisonnable d'exposer" les personnes atteintes de sclérose en plaques, "quelque soit la gravité de la maladie", "aux nombreux effets indésirables graves" du natalizumab (Tysabri) et de l'alemtuzumab (Lemtrada) pour des bénéfices très incertains, estime la revue Prescrire dans son numéro de décembre.
 
« "Le traitement "de fond" de référence de la sclérose en plaques est un interféron bêta (Avonex, Rebif, Betaferon ou autre), malgré ses limites et ses nombreux effets indésirables. La balance bénéfices-risques des autres traitements "de fond" n’est pas plus favorable, voire nettement défavorable" », estime Prescrire.
C’est notamment le cas pour ces deux immunodépresseurs « "qui exposent à des risques disproportionnés et qui sont à éviter" ».
Le natalizumab (Tysabri)Le natalizumab (Tysabri), « "un anticorps monoclonal, expose à des infections opportunistes graves, voire mortelles, dont des leucoencéphalopathies multifocales progressives, touchant environ 2 patients pour 1 000, des réactions d’hypersensibilité parfois graves et des atteintes hépatiques" ».
Le tériflunomide (Aubagio)Le tériflunomide (Aubagio) « "expose à des effets indésirables graves, parfois mortels : atteintes hépatiques, leucopénies et infections. Il expose aussi à des neuropathies périphériques" »
 
interféron: le tueur silencieux
dommages au cerveaux et vie détruite

interféron
Les évenements indésirables graves du traitement interferon
 
Utilisé chez les patients souffrant d'une forme lourde de la maladie, le traitement oral Gilenya comporte toutefois un nombre important d'effets indésirables. Il est d'ailleurs surveillé par les autorités sanitaires.
...les effets secondaires ne sont pas négligeables : troubles cardio-vasculaires, infections, cancers, troubles oculaires et hépatiques n'en sont qu'un exemple. La grossesse est interdite pendant toute la durée du traitement, compte tenu de sa toxicité, explique l'agence nationale de sécurité du médicament.
Entre autres, après plusieurs cas de décès inexpliqués, l'Agence européenne des médicaments a décidé de renforcer la surveillance de tous les patients en début de traitement.

ANTICORPS MONOCLONAUX / IMMMUNOTHERAPIE

Chimiothérapie : Les anticorps monoclonaux / mab, pour immunothérapie: Tysabri / Natalizumab, Genzyme / alemtuzumab, Herceptin / Trastuzumab, Rituxan ou MabThera, Campath / MabCampath / Campath-1H / L

Effets indésirable graves
 

85 % des récents médicaments anti-cancéreux sont inutiles et dangereux

Plusieurs études internationales récentes, publiées dans de grandes revues de cancérologie, montrent que 85% des médicaments anticancéreux mis sur le marché dans les 15 dernières années sont inutiles et souvent dangereux parce que leur balance avantages /risques est défavorable (trop peu efficace et/ou trop toxique) et que trop peu d’entre eux sont retirés du marché ou trop tardivement. L’agence européenne, dont les experts sont trop liés aux firmes, privilégie constamment l’intérêt de l’industrie sur la sécurité des malades, encouragée par la Commission européenne dont tous les rapports soulignent la « porosité » aux représentants industriels. L’un des derniers directeurs de l’EMA, une fois son mandat terminé, a été immédiatement nommé directeur pour l’Europe d’une grande firme pharmaceutique qu’il avait « contrôlée » durant son mandat, et en toute impunité.
 
anticorps monoclonaux (entre autres) 
conférence en vidéo. Effet secondaire des anticorps monoclonaux : leucoencéphalopathie
 
Le livre noir du médicament (extrait non disponible sur internet)
“Que ce soit l’avastin ou d’autres “mab”, le prix d’une chimiothérapie peut atteindre 100 000 dollars, pour une échelle de prix comparable en Europe. Quant à leur efficacité, elle est à peine meilleure que les anciens traitements. Le gain de vie moyen de ces nouveaux miracles de la biotechnologie est de quelques mois, voire quelques jours."
 
"Il n'est pas raisonnable d'exposer" les personnes atteintes de sclérose en plaques, "quelque soit la gravité de la maladie", "aux nombreux effets indésirables graves" du natalizumab (Tysabri) et de l'alemtuzumab (Lemtrada) pour des bénéfices très incertains, estime la revue Prescrire dans son numéro de décembre.
 
L'Afssaps (agence française de securite sanitaire des produits de santé) publie un avertissement concernant des risques hépatiques graves pour certains malades traités contre la sclérose en plaques avec le Tysabri.
 
Je détaille la dernière alerte de Santé Canada, en juin 2011, pour plusieurs cas de décès liés à la perfusion de MabThéra, puis les alertes précédentes des autorités sanitaires canadiennes et françaises sur les leucoencéphalopathies multifocales progressives (LEMP). Sans oublier les mises en garde portant sur d’autres effets indésirables, tous avec quelques cas mortels, tels qu’une réactivation d’une hépatite B, des occlusions et perforations intestinales, des réactions cutanées sévères… Une alerte de 2009 de la FDA nous apprend qu’un décès par LEMP peut survenir jusqu’à un an et demi après l’arrêt du traitement par MabThéra.
Je rappelle aussi d’autres effets indésirables communs à toute la classe des anticorps monoclonaux, en donnant des liens, y compris vers le verdict très sévère des revues indépendantes Arznei-Telegramm, Prescrire et Butlleti Groc. J'aborde l'infection opportuniste par le virus JC à l’origine de la LEMP et finis par reposer la question d’une évaluation globale de ces biomédicaments, d’autant plus nécessaire que le progrès thérapeutique qui leur est reconnu est faible, voire très faible, pour la plupart d’entre eux, pour des coûts astronomiques habituels dès qu’il s’agit de biotechnologie.
 
Rituxan n'a pas été aussi réussi à traiter le cancer que les compagnies pharmaceutiques voudraient que vous croyiez. En fait, les avocats de blessures corporelles ont des sites Web sur Internet qui émettent des avertissements sur les dangers de Rituxan et proposent de déposer une action en justice en votre nom si vous avez utilisé ce médicament dangereux. Voici plusieurs documents et études de recherche sur les dangers et les problèmes de Rituxan.Rituxan supprime la capacité du corps à produire certains types de blanccellules sanguines appelées cellules B pour des périodes entre six et neuf mois.Malheureusement, un effet secondaire de la suppression du système immunitaire est que celadiminue les capacités de lutte contre les infections et les maladies naturelles du corps,laissant le patient ouvert à une foule de complications graves telles que la LMP (la LMP est une maladie extrêmement dangereuse et habituellement mortelle qui affecte le système nerveux central et le cerveau).
 
Hoffman-La Roche Limitée, le fabricant du rituximab (Rituxan®), informait Santé Canada d’un effet indésirable associé à ce médicament. Par conséquent, la compagnie pharmaceutique, en consultation avec Santé Canada, émettait le 29 juillet 2013 une « Lettre à l’attention des professionnels de la santé » déclarant que le rituximab avait été associé à la réapparition de l’infection au virus de l’hépatite B chez les personnes dont les analyses sanguines avaient révélé la présence du virus. La lettre souligne également les recommandations mises à jour pour le dépistage de l’hépatite B et la gestion de votre condition si vous découvrez ou soupçonnez être atteint d’hépatite B. Le rituximab ne peut être utilisé chez une personne souffrant d’une infection active au virus de l’hépatite B.
 
un article américain rapporte que les 71 dernières molécules anti cancéreuses (Tumeurs solides réfractaires et/ou métastatiques et/ou avancées apportaient en moyenne une survie augmentée de 2,1 mois): LA
 
Selon nicole Delépine, cancerologue, l'herceptine ne serait efficace que chez 33% des 20% de femmes réceptives et pour une petite amélioration, soit :chez ces 7% (environ) de femmes.Mais cela rapporte 5 milliards de dollars par ans au labo..
 
leucoencéphalopathies engendré par les anticorps monoclonaux La LEMP constitue une démence subaiguë notée par l'apparition progressive de troubles neurologiques divers (déficits sensitifs et/ou moteurs, troubles du comportement, syndrome cérébelleux), fonctions de la localisation des lésions cérébrales. Elle évolue vers la mort en quelques mois.
 
les chimiothérapies de troisième, quatrième, voire cinquième ligne sont des aberrations, sont des renoncements de la part des oncologues qui ne peuvent faire autrement que continuer le traitement pour ne pas désespérer Billancourt, pour ne pas avoir à dire dire aux malades et à leur famille "Nous avons échoué" comme n'importe quel médecin traitant le dirait à son malade de trente ans. Elle sait mais ne dit pas que nombre d'essais cliniques sont menés  sur des cadavres ambulants en dépit de toute éthique, en faisant des promesses fallacieuses, en promettant la guérison à des patients qui sont déjà morts... Elle ne dit pas non plus que la finalité de ces essais est d'obtenir une AMM, une facile AMM, un prix considérable, facilement considérable, car, que voulez-vous, si on sauve un patient, il n'y a pas de prix, en cachant les effets secondaires ou en les minimisant et qu'ils permettent aux expérimentateurs de faire les malins dans les congrès en lisant des textes qu'ils n'ont souvent pas écrits en s'aidant d'écrans power point composés pour eux et aux frais de leurs maîtres big pharmiens.
 
avastin (anticorps monoclonaux)
L'anticancéreux Avastin (bevacizumab), médicament phare du laboratoire suisse Roche, accroît le risque de mortalité quand il est combiné à certaines thérapies, selon une analyse de plusieurs essais cliniques publiée mardi dans The Journal of the American Medical Association (JAMA).
 
Avastin, lorsqu'il est utilisé pour traiter le cancer colorectal, vendu pour 50.000 dollars par an. Cependant, une fois qu'il a été approuvé pour traiter le cancer du sein et du poumon ainsi, Genentech a annoncé un nouveau prix: 100.000 dollars par an, même si elle peut prolonger votre vie de pas plus de quelques mois. ERBITUX - Un autre médicament contre le cancer colorectal, avec une étiquette de prix de près de $ 10.000 par mois, même si il n'y a pas une seule étude montrant qu'il aide les patients atteints de cancer colorectal à vivre plus longtemps.
 
Les femmes qui prennent de l'Avastin pour traiter un cancer du sein métastasé s'exposent à des effets secondaires mettant potentiellement en danger leur vie
 
Or les caillots sanguins sont l’une des principales causes de morbidité et de décès des patients souffrant d’un cancer
 
Rappel des problèmes des anticorps monoclonaux (Enbrel, Humira, Tysabri, Herceptin, Xolair...)
 
Le taux de survie à un an est de 66 % pour le groupe placebo contre 72 % pour le groupe Avastin. Par contre, les résultats provisoires concernant la survie globale du patient en cas de prise d’Avastin " ne se sont pas révélés statistiquement significatifs
 
L’agence américaine des médicaments (FDA) a décidé de retirer du marché l’Avastin, dans le cancer du sein, et met notamment en cause son inefficacité et des effets secondaires graves. « Les femmes qui prennent de l’Avastin pour traiter un cancer du sein métastasé s’exposent à des effets secondaires mettant potentiellement en danger leur vie », avec des risques de crise cardiaque, d’hypertension ou d’hémorragie potentiellement fatales.
 
utilisées pour traiter certains cancers, sont censées travailler en bloquant la protéine favorisant la croissance des vaisseaux sanguins, appelée facteur de croissance endothéliale vasculaire, ou VEGF. Malheureusement, de nouvelles recherches récemment publiées dans la revue Nature, montrent que c’est faux. En fait, loin de fragiliser les vaisseaux sanguins pour « tarir » les tumeurs malignes, ces traitements anticancer, connus sous le nom de drogues anti-angiogenèse, normalisent et renforcent les vaisseaux sanguins, ce qui veut dire qu’ils sont capables de stimuler la croissance de tumeurs plus grandes.
 
Le coût efficacité paraît prohibitif (100 000 euros environ par qualy gagné - qualy : nombre d'années gagné pondéré par la qualité de vie). syndrome de leuco-encéphalopathie : "Ce syndrome peut être réversible s'il est reconnu et traité rapidement. Chez les patients qui présentent un tel syndrome on recommande un traitement des symptômes spécifiques, y compris la maîtrise de l'hypertension, ainsi que l'arrêt de l'AVASTIN".
 
Nouveaux décès sous MabThéra/Rituxan. Rappel des leucoencéphalopathies et autres effets indésirables graves
 
Une équipe de chercheurs de l’Université du Texas MD Anderson Cancer Center a étudié 173 patients atteints de cancer avancé du sein à qui avait été prescrit Herceptin
 
Par nicole Delépine
 

La FDA met en garde contre les troubles cardiovasculaires sous Xolair. Et toujours pas d'évaluation globale des anticorps monoclonaux en vue...

Trastuzumab (Herceptine®)
 
Toxicité proffessionelle des anticorps monoclonaux et une liste synagis / palivisumab, mabthera / rituximab, mabcampas / alemtuzumab, soliris / eculizumab, arzera / ofatumumab, herceptin / trastuzumab, bexxar / tositumomab, vectibix / panitumumab, avastin / bevacizumab, zevalin / ibritumomab tiuxetane, removab / catumaxomab, erbitux / cetuximab, adcetris / brentuximab vedotin, orthoclone okt3 / muromonab, simulect / basilximab, rmicab / infliximab, xollair / omalizumab, roactemra / tocilizumab, cimzia / etanercept, cimzia / certolizumab pegol, enbrel / etnercept, (humira, trudexa) / adalimumab, orencia / abatacept, arcalyst / rinolacept, ilaris / canakinumab, nplate / romiplostim, stelara / ustekinumab, simponi / golimumab, benlysta / belimumab, reopro / absiximab, lucentis / ranibizumab, (prolia, xgeva) / denozumab
 
Dans le cas de l’ostéoporose, le denosumab inhibe la formation, la fonction et la survie des ostéoclastes, cellules responsables de la résorption osseuse.
Si l’efficacité du médicament est relative, les effets secondaires sont inquiétants : infections, cancers, ostéonécrose de la mâchoire, fractures atypiques notamment. On observe également des dermatites, des eczémas, des rashes et des endocardites.
 
Prix public TTC : 735,38 € la boite de 28 comprimés dosés à 2 ou 4 mg ; 2.103,63 € la boite trimestrielle de 84 comprimés. Soit un coût annuel de traitement de 9.586,20 € (B28) ou 9.140,77 € (B84)
Pour l’écarter les experts de la SFR n’ont pas hésité à occulter la quasi-totalité des nombreuses études qui ont démontré depuis 20 ans l’intérêt de cette stratégie thérapeutique et ils ont pour mieux la discréditer, déformé les conclusions d’autres essais cités à l’appui de leur argumentaire en faveur des biothérapies beaucoup plus coûteuses, pas plus efficaces, et aux effets indésirables sévères probablement plus fréquents. Il est patent que les avantages importants qu’ils ont perçus des firmes et continuent de percevoir, que les moyens financiers au travers des conventions signées avec les entreprises du médicament, n’auraient pas, ne seraient pas les mêmes s’ils avaient recommandé la triple association de préférence à l’association méthotrexate + biothérapie.
 
Le champion toutes catégories est un immunosuppresseur, le Humira, du laboratoire Abbvie. Son rôle : supprimer ou réduire les réactions immunologiques spécifiques de l’organisme. Humira est utilisé contre les maladies auto-immunes, comme la polyarthrite ou la maladie de Crohn. Son coût est estimé à 1300 euros par mois et par patient.
 
Enbrel (etanercept), Humira (adalimumab), Remicade (infliximab) et Cimzia (certolizumab pegol) sont des anticorps monoclonaux ayant Humira.jpgune activité immunosuppressive qui s’exprime par l'inhibition d'une cytokine inflammatoire appelée TNF α (facteur de nécrose tumorale alpha).
« infections telles que pneumonie, pyélonéphrite, arthrite septique et septicémie », « à issue parfois fatale », mais aussi tuberculose extra-pulmonaire disséminée. Ou encore histoplasmose disséminée, listériose et aspergillose…
« Dans la partie contrôlée des essais cliniques avec des anti-TNF, il a été observé plus de cas de cancers, y compris des lymphomes chez les patients traités par un anti-TNF que chez les patients du groupe contrôle. Cependant, l'incidence a été rare. (…) Au cours de la surveillance post-marketing, de rares cas de lymphomes hépatospléniques à lymphocytes T ont été identifiés chez des patients traités par l’adalimumab. Cette forme rare de lymphome à lymphocytes T a une évolution très agressive et est souvent fatale. Certains de ces lymphomes hépatospléniques à lymphocytes T observés avec Humira sont survenus chez des adultes jeunes ayant un traitement concomitant par l’azathioprine ou par la 6-mercaptopurine utilisé dans la maladie de Crohn. Un risque de développement de lymphome hépatosplénique à lymphocytes T chez des patients traités par Humira ne peut pas être exclu (…). »
Humira n’apporte rien, ni en termes de bénéfices cliniques ni en termes de tolérance, par rapport aux deux anticorps monoclonaux précédents utilisés dans l’arthrite rhumatoïde, à savoir Enbrel et Remicade, disait la revue allemande Arznei-Telegramm dès sa mise sur le marché en 2003 (a-t 2003; 34: 91-2), en soulignant que la différence ne réside que dans le prix…
 
Dans une lettre (pdf) adressée au secrétaire à la Santé et aux Services sociaux Xavier Becerra, Public Citizen a écrit que la décision de la FDA de donner le feu vert à l’aducanumab – qui sera au prix de 56 000 $ par an – « se classe comme l’une des décisions les plus irresponsables et les plus flagrantes de la historique de l’agence. »

Depuis plus de 15 ans, les récents médicaments anti-cancéreux sont inutiles et dangereux

Le cas du prolia / denosumab contre l'ostéoporose

Les traitements naturels pour améliorer la santé des victimes de SEP ?

La sclérose en plaque sur ordonnances
Le doute : guérir ne semble pas le mot approprié, amélioration semble plus juste.
 
Pour être en bonne santé, préférez les aliments sains. C’est ce que la doctoresse Catherine Kousmine essaie d’inculquer depuis des années à travers le régime Kousmine bon pour la santé. Les bénéfices du régime sans allergènes sont bien réels et se constatent en peu de temps.
 
AIMSTB
 
C’est une recherche majeure qui a été publiée en mars 2015 dans la revue scientifique Multiple Sclerosis and Related Disorders. Elle n’a pourtant pas vraiment été relayée dans la presse. Dans cette publication médicale, des chercheurs français relatent la découverte d’une simple vitamine qui, prise à hautes doses, serait capable d’induire la récupération de fonctions
 
lPour vous aider à traiter naturellement la sclérose en plaque et les effets invalidant de la maladie, le BonCoinSanté vous recommande la cure détox, cette cure à base de patchs autocollants va permettre de détoxifier l’organisme en profondeur et rééquilibrer les échanges nutritifs, c’est une solution 100% naturelle et efficace avec 98% de satisfaction client.
 
Les bienfaits du silicium organique sur les maladies auto-immunes :
- Le silicium organique renforce le système immunitaire et favorise la production d’anticorps le protégeant ainsi des attaques extérieures de microorganismes pathogènes ;
- Il joue un rôle majeur dans le thymus (un organe qui sert de lieu de maturation aux lymphocytes T et joue aussi un rôle dans la protection contre l'auto-immunité) ;
- Il augmente l’efficacité des enzymes et améliore la communication cellulaire et sanguine ;
- Il permet de restaurer une circulation électrique intercellulaire efficace dans le corps ;
- Il renforce le système ostéo-articulaire et agit en tant qu’anti-inflammatoire naturel en permettant de lutter contre les poussées inflammatoires sans effets secondaires ;
- Il renforce et protège le système nerveux en lui offrant une meilleure résistant
 
Je lui conseille le G5, silicium organique du Professeur Loïc Le Ribault, produit très controversé, panacée universelle contre de très nombreuses maladies.
 
Riche en graisses monoinsaturées et oméga-3, en antioxydants, le régime méditerranéen pourrait prévenir la sclérose en plaques.
 
Un composé produit par l'organisme lors d'un jeûne ou d'un régime cétogène diminue l'inflammation dans certaines maladies
 
Les faibles niveaux de vitamine D associés aux maladies auto-immunes
 
Sclérose en plaques et GcMAF (interdit en France) ????
L'imunothérapie sans effet secondaire
 
Le docteur Jean Solomidès a lancé dans les années 1970 un remède miracle contre le cancer : les physiatrons. Traitement décrié par certains, solution miracle pour d’autres, ce médicament a été retiré du marché. Retour sur des témoignages d’un médecin et de quelques patients
Les résultats montrent qu’après 2 ans, le niveau d’atrophie cérébrale était significativement plus faible de 68% chez les patients qui ont pris l’acide lipoïque.  L’acide lipoïque a également permis d’améliorer les temps de marche et de diminuer le nombre de chutes par rapport aux participants du groupe placebo.
 

Témoignage : sortir des symptômes de la sclérose en plaque

Vous pouvez afficher les sous-titres en français. Appuyez sur lecture, cliquez sur afficher les sous titres. Une fois les sous titres affichés (en anglais), il faut aller dans l'autre commande (a coté de sous titre), Puis, cliquer sur sous titre, Puis sur traduire automatiquement,puis en français

Les produits solomides contres les symptômes de la sclérose en plaque

André Gernez et la sclérose en plaques

Guérir la "Sclérose en plaque" grâce aux abeilles ?

Mise en garde : Les associations de patients sont quasiment toutes financées si ce n'est créées par les firmes et de nombreux forums spécialisés aussi

Vous citez des contrats entre les labos et les associations de patients...
Les associations de patients sont quasiment toutes financées si ce n'est créées par les firmes, sauf les associations de victimes de médicaments, bien sûr. J'ai rencontré un ancien cadre de l'industrie Pharma dont le métier consistait justement à créer des associations de patients selon les pathologies ciblées par les labos. Même quand des règles sont mises en place, les industriels les contournent, c'est comme des cambrioleurs qui s'adaptent aux antivols.

Ces associations de malades liées aux labos
La Haute autorité de santé livre le nom des associations de malades les plus financées par les laboratoires pharmaceutiques.

convergence entre associations de patients et firmes pharmaceutiques
À degrés divers, des associations de patients sont soutenues ou aidées financièrement par des firmes pharmaceutiques. Des brochures d’associations de patients sont par exemple sponsorisées par des firmes pharmaceutiques.

emprise financière de l’industrie sur la recherche et les soins
"L’industrie pharmaceutique finance les associations de patients et les groupes d’entraide existants ou en crée d’autres pour les instrumentaliser dans la promotion de tel médicament."

Les associations de patients sont elles aussi instrumentalisées à des fins de marketing, nous montre l’expert en corruption. C’est au milieu des années 80 que l’industrie pharmaceutique a découvert le potentiel des organisations de malades à agir en agents publicitaires. "Lorsqu’elles sont financées, elles remercient les financeurs par la publicité qu’elles font pour les produits de ces derniers", dit Schönhöfer. "Beaucoup d’associations, mais pas toutes, ne sont rien d’autre qu’un prolongement de l’industrie pharmaceutique".

Les associations de patients complices des Labos
On sait depuis longtemps que les associations de patients ont besoin de disposer de moyens importants pour financer leur communication, leur démarches auprès des autorités de santé et, dans certains cas, des recherches ad hoc. On sait aussi qu'en dehors de quelques grandes causes relayées par les médias (myopathie, sida), les dons individuels ne suffisent pas à assurer leur survie. Et pourtant, certaines d'entre elles mènent grand train dans des locaux somptueux, leurs dirigeants se balladent en voiture de fonction, parfois avec chauffeur. Quant à leurs campagnes de recrutement de nouveaux adhérents, elles s'étalent en pleines pages dans les journaux, en affiches 4x4 dans le métro et en spots TV. Tout cela coûte cher, très cher... Alors d'où vient l'argent ? On le sait maintenant - au moins partiellement - grâce au document publié il y a quelques jours par la Haute Autorité de Santé. Ce sont les laboratoires pharmaceutiques qui les financent... grassement. Pour l'année 2011, la HAS a identifié des versements pour un montant global de 5,8 millions d'euros. Une paille... Parmi les plus généreux donateurs on trouve le groupe Johnson & Johnson (650 000 euros), suivi parAbbott et GSK (300 000 euros chacun) et, plus loin, Bayer (150 000 euros). Environ 350 associations de patients ont bénéficié de ces dons. En moyenne cela fait moins de 20 000 euros par association, cela paraît raisonnable. Mais on se rend compte que certaines associations de patients s'en tirent mieux que d'autres :      L'association française des diabétiques a ainsi perçu plus de 500 000 euros en 2011     L'association pour la lutte contre le psoriasis : 350 000 euros     L'association Asthme & Allergies : 300 000 euros     L'association française des hémophiles : 300 000 euros  Bien entendu, les donateurs sont d'autant plus généreux qu'ils commercialisent des traitements contre les maladies concernées.  Pour l'Association française des diabétiques. Deux laboratoires/donateurs se distinguent : Sanofi (qui donne environ 100 000 euros) et Eli-Lilly (qui donne aussi 100 000 euros, mais cette fois à l'antenne parisienne de l'AFD). Ces deux laboratoires commercialisent les principaux médicaments à base d'insuline ainsi que des dispositifs de mesure de la glycémie.  Asthme & Allergies reçoit la quasi-totalité de ses financements du laboratoire GlaxoSmithkline (250 000 euros sur 300 000 collectés). Glaxo commercialise la Ventolin et le Relenza, deux des traitements les plus vendus pour lutter contre l'asthme.  L'Association pour la lutte contre le psoriasis reçoit 200 000 euros du laboratoire Johnson & Johnson (sur 350 000 euros) et 120 000 euros du laboratoire LEO Pharma. Leo Pharma commercialise exclusivement des produits destinés au traitement du psoriasis. Johnson & Johnson est en plein boom avec le produit Stelara depuis que le Raptiva, jugé dangereux, a été retiré du marché.  L'Association française des hémophiles, enfin, reçoit 100 000 euros (sur 300 000) venant de Bayer Santé, acteur dominant du marché des médicaments anti-hémorragiques avec le Kogenate  Ces donations directes ne représentent sans doute que la part immergée de l'iceberg. Car la HAS a établi son rapport sur la base des déclarations sur l'honneur des laboratoires. Son questionnaire portait également sur les aides monétaires indirectes et les aides en nature mais aucun laboratoire n'a rempli ces colonnes là...  Rappelons que ces associations, publient des magazines destinés à leurs adhérents dans lesquels elles vendent des pages de publicité aux laboratoires qui se laissent facilement convaincre (ce n'est pas une donation, c'est un achat d'espace...). Elles organisent régulièrement des manifestations, des rencontres qui reçoivent le soutien "en nature" de leurs parrains (c'est alors du sponsoring). Et, bien que je n'ai pas d'info précise sur ce point, on dit aussi que la prise en charge, par les laboratoires, des salaires de certains permanents des associations est une pratique courante...  Dans ces conditions, espérer que les associations de patients puissent s'intéresser sérieusement aux traitements alternatifs, financer des recherches dans ce domaine ou même simplement informer leurs adhérents sur leur existence... relève de la naïveté.

Elles créent aussi des tests de dépistage elles-mêmes, utilisés par exemple lors de grandes « journées nationales de dépistage de la dépression », ou lors des campagnes de sensibilisation comme celle de l’année dernière en France, histoire que tout un chacun se sente concerné par « la dépression », ne serait-ce que par suggestion. Tout cela, bien sûr, en occultant les effets secondaires et les risques de dépendance.
 
la pression sociale exercée par les associations de malades, parfois financées par les entreprises pharmaceutiques, entraîne que le CEPS peut difficilement s’opposer aux exigences des laboratoires.

Greffe de cellules souches pour sa sclérose en plaques ?

après avoir reçu le traitement de greffe de cellules souches pour sa sclérose en plaques.
Brewer souffre de sclérose en plaques (MS) depuis une vingtaine d’années, mais sa vie a changé après qu’il s’est rendu en Russie en février une procédure jugée « expérimental » et non pris en charge ni fourni pour sclérose en plaques en Nouvelle Zélande.
 
Dans la première étape du traitement de tcsh, chimiothérapie est utilisée pour stimuler la production de cellules souches de la moelle osseuse et de promouvoir leur libération dans la circulation sanguine. Ce sang est ensuite dessiné et stocké.
Le patient reçoit ensuite une forte dose de chimiothérapie plus, plus souvent en milieu hospitalier, pendant 11 jours.
Pendant ce temps, les cellules immunitaires sont considérablement affaiblis ou tués entièrement.
Enfin, les cellules souches stockées du patient sont infusées dans le corps, apprendre à laisser le système nerveux intact.
Les patients doivent prendre des antibiotiques pour lutter contre les infections, alors que leur système immunitaire sont supprimés.
Ils doivent également rester à l’hôpital pendant des semaines à la fois alors que leur système immunitaire reconstruit.
Une étude récente a déclaré que l’hospitalisation moyenne après perfusion de cellules de la tige a duré entre 10 et 160 jours.

Sclérose en plaque et dépression : mise en garde contre les drogues dures légales vendues sous le nom d'antidépresseurs

En effet, la dépression liée à la SEP n’est pas un phénomène isolé puisqu’il semblerait qu’il y ait 50% de risque de faire une dépression en lien avec la SEP. En revanche, le risque de dépression chez une personne qui n'a pas de sclérose en plaques est de 5%. Les patients atteints de SEP ont également plus de risques que la population générale de souffrir de troubles bipolaires et d'effectuer des tentatives de suicide.Enfin, la dépression peut être un effet secondaire des médicaments contre la sclérose en plaques, notamment dans le traitement par les interférons et les médicaments stéroïdiens souvent utilisés pour traiter les crises aiguës de sclérose en plaques. Les personnes atteintes de SEP réagissent différemment aux interférons, donc le même médicament qui crée une dépression chez une personne atteinte de SEP, peut ne pas entraîner de symptômes chez une autre.
 
Les dangers de la toxicomanie aux antidépresseurs
 
Contre la dépression
 
Cette dépendance est très forte : ne jamais stopper brutalement !
 

Les antidépresseurs peuvent causer la dépression à long terme
Peu de temps après que le Prozac est devenu le médicament Best-seller dans le monde dans les années 1990, j'ai proposé qu'il y avait peu ou pas de preuves de l'efficacité, mais de nombreux éléments de preuve que la drogue pourrait aggraver la dépression et causer de graves anomalies comportementales. J'ai attribué une grande partie du problème de « changements compensatoires » en neurotransmetteurs comme le cerveau résiste à l'effet de la drogue. Depuis lors, dans une série de livres et articles, j'ai documenté induite par l'antidépresseur de l'aggravation clinique et certaines de ses causes physiques. Maintenant, l'idée a gagné du terrain dans la collectivité de la recherche et a récemment été nommée « dysphorie tardive ».

Maintenant dépression chronique induite par Antidépresseur a un nom: dysphorie tardive
Nouvelle recherche sur pourquoi les antidépresseurs peuvent aggraver les effets à long terme.....Est-ce antidépresseurs aggravent l'évolution à long terme de la dépression ? Comme je l'écrivais dans Anatomy of an Epidemic, je crois qu'il ya des preuves convaincantes que les médicaments font exactement cela. Ces derniers livres ajoutent à cette base de données probantes.....Au début des années 1990, El-Mallakh notes, seulement environ 10% à 15% des patients atteints de maladie dépressive majeure avait résistante au traitement dépression (et donc étaient malades chroniques.) En 2006, les chercheurs ont rapporté que près de 40% des patients étaient désormais traitement résistant. Dans une période où l'utilisation des antidépresseurs ISRS a explosé

Maintenant la dépression chronique induite par Antidépresseur a un nom : dysphorie tardive
.....Est-ce que les antidépresseurs aggravent l'évolution à long terme de la dépression ? Comme je l'écrivais dans Anatomy of an Epidemic, je crois qu'il ya des preuves convaincantes que les médicaments font exactement cela. Ces derniers livres ajoutent à cette base de données probantes.
....Au début des années 1990, El-Mallakh notes, seulement environ 10% à 15% des patients atteints de maladie dépressive majeure avait résistante au traitement dépression (et donc étaient malades chroniques.) En 2006, les chercheurs ont rapporté que près de 40% des patients étaient désormais traitement résistant. Dans une période où l'utilisation des antidépresseurs ISRS a explosé

Les recherche au cours des 50 dernières années montrent que l'augmentation des niveaux de sérotonine produisent un comportement impulsif, assassiner et le suicide, incendie criminel, le crime violent, conduite dangereuse, la dépression, l'anxiété, l'irritabilité, des douleurs dans le coeur, l'insomnie, l'abus d'alcool et d'autres drogues, la difficulté à respirer et tension.
...Un antidépresseur est le contraire d'un dépresseur. Par conséquent, il est un stimulant. C'est ce que la cocaïne est. Ces médicaments sérotoninergiques font la même chose que les drogues illégales. Ils forcer le corps à effectuer au-delà de sa propre capacité d'énergie et avoir un impact très négatif sur la capacité de l'organisme à métaboliser vos nutriments. Ils épuisent lentement le corps de vitamines et de minéraux, les nutriments dont vous avez besoin pour votre approvisionnement en énergie.

Bulletin de renseignements de santé publique de FDA

Dysphorie tardive: le rôle de l'utilisation des antidépresseurs à long terme induisant de la dépression chronique
La dépression résistante aux traitements chroniques et semble être en augmentation. L'identification récente de tachyphylaxis antidépresseur, la perte d'efficacité antidépressive au fil du temps, n'est qu'une explication partielle. Il s'agit d'une preuve nouvelle que, chez certaines personnes, l'utilisation persistante des antidépresseurs peut être prodepressant.

il est raisonnable de penser que le prozac peut-être associé à 156.060 décès par suicide et 2 520 000 réactions indésirables
Les individus, âgés de 25 ans et au-dessus, qui prennent des médicaments ISRS doivent savoir qu'ils ne sont pas à l'abri du risque suicidaire (voir ci-dessus) ou les nombreux effets secondaires associés à ces médicaments.Les effets secondaires courants comprennent l'anxiété, la dépression, maux de tête, douleurs musculaires, douleurs à la poitrine, nervosité, insomnie, somnolence, faiblesse, changements de la libido, tremblements, bouche sèche, irritée estomac, perte d'appétit, des étourdissements, des nausées, des éruptions cutanées, des démangeaisons, le poids gain, la diarrhée, la perte de cheveux impuissance, la peau sèche, des douleurs thoraciques, de la bronchite, troubles du rythme cardiaque, des contractions musculaires, l'anémie, l'hypoglycémie et la thyroïde faible. Prozac seule a été associée à plus de 1.734 décès par suicide et plus de 28.000 réactions indésirables .

"les adultes déprimés traités par la paroxétine peuvent être six fois plus susceptibles de présenter des comportements suicidaires que les adultes traités par le placebo."

Le Cymbalta, antidépresseur actuellement sur le marché, était testé au cours d’une étude clinique de 6 semaines sur des sujets non dépressifs. Lors de l’étude, il y a eu 11 tentatives de suicide, et 4 suicides effectifs.

Les effets secondaires sont minimisés, banalisés ou carrément dissimulés aux patients
le Paxil pouvait entraîner 6 fois plus de risques de causer le suicide chez des adultes que la prise d'un placebo. Glaxo fait face à des milliers de poursuites...tels que l'accoutumance, la dépendance et un syndrome de sevrage sévère

PAROXETINE, le suicide et PLACEBO (Charles Medawar)
"les adultes déprimés traités par la paroxétine peuvent être six fois plus susceptibles de présenter des comportements suicidaires que les adultes traités par le placebo."

Les effets secondaires sont minimisés, banalisés ou carrément dissimulés aux patients
le Paxil pouvait entraîner 6 fois plus de risques de causer le suicide chez des adultes que la prise d'un placebo. Glaxo fait face à des milliers de poursuites...tels que l'accoutumance, la dépendance et un syndrome de sevrage sévère

plus de 63.000 suicides sont directement liés à ces médicaments
200.000 personnes meurent chaque année des médicaments sur ordonnance, mais seulement 20.000 meurent à la suite de l'utilisation de drogues illégales

Les experts disent que les médicaments antidépresseurs cause suicides au lieu de les prévenir
En juin 2001, un jury au Wyoming a déterminé que la drogue Paxil / déroxat, un antidépresseur a fait tuer un homme son épouse, sa fille et sa petite-fille avant de massacre lui-même. Le jury a attribué à la famille survivante $8 millions dans les dommage

« Antidépresseurs : des placebos potentiellement mortels ? »
Plus de 2.000 suicides liés au Prozac ont été signalés jusqu’à l’automne 1999 à l’agence états-unienne du médicament (FDA). Ce risque était connu des laboratoires, et lors de procès intentés aux Etats-Unis à la firme GSK, on a appris l’occultation délibérée du risque suicidaire du Déroxat, majoré chez les enfants. Depuis, les antidépresseurs portent un « label noir » aux Etats-Unis et ne peuvent être prescrits en ville qu’aux personnes âgées de plus de 24 ans. En France, certaines estimations parlent de 3.000 à 4.000 suicides par an, liés aux antidépresseurs

EFFETS du haut niveaux de sérotonine dans les maladies DIVERS:
Les recherche au cours des 50 dernières années montrent que l'augmentation des niveaux de sérotonine produisent un comportement impulsif, assassiner et le suicide, incendie criminel, le crime violent, conduite dangereuse, la dépression, l'anxiété, l'irritabilité, des douleurs dans le coeur, l'insomnie, l'abus d'alcool et d'autres drogues, la difficulté à respirer et tension....
Un antidépresseur est le contraire d'un dépresseur. Par conséquent, il est un stimulant. C'est ce que la cocaïne est. Ces médicaments sérotoninergiques font la même chose que les drogues illégales. Ils forcer le corps à effectuer au-delà de sa propre capacité d'énergie et avoir un impact très négatif sur la capacité de l'organisme à métaboliser vos nutriments. Ils épuisent lentement le corps de vitamines et de minéraux, les nutriments dont vous avez besoin pour votre approvisionnement en énergie.
 

L’AUGMENTATION DE LA SEROTONINE EST LE PROBLÈME, PAS LA SOLUTION

Les antidépresseurs ont été conçus pour inhiber la recapture de la sérotonine ou en d’autres termes altérer le métabolisme de la sérotonine après que le monde ait été convaincu par le marketing de masse que la sérotonine est faible dans la dépression, donc il y a un besoin d’augmenter ce niveau. Quand en fait la sérotonine est effectivement élevée dans la dépression, et élevée dans la longue liste des troubles mentionnés ci-dessus. Ce qui est faible est la capacité à métaboliser la sérotonine – la chose exacte est que les antidépresseurs sont conçus pour altérer en aggravant ainsi tous les symptômes ci-dessus ou en les créant !!!!!! Comme la sérotonine continue à augmenter : les problèmes deviennent massifs. Est-il étonnant que nous avons maintenant des recherches sur les antidépresseurs  indiquants qu’ils produisent la dépression à long terme ? !! la dépression et tellement plus long terme !


Ce document vise à informer les professionnels de la santé australien, les administrateurs de santé, les prescripteurs et les citoyens que ce qu’ils ont appris de l’industrie pharmaceutique sur toute nouvelle génération de médicaments « sérotonine » n’est pas vrai. L’industrie pharmaceutique est un client de l’United States Food and Drug Administration, marchandises (US FDA) la thérapeutique, l’Administration (TGA). Tous ont été victimes de fraude corporative qui vient à la lumière maintenant aux Etats-Unis en raison de litiges en 42 procureurs généraux agissant au nom du peuple.

La plupart des patients sont dit cela, mais ce est complètement faux. Nous ne avons aucune idée de ce qui interaction des conditions psychosociales, les processus biochimiques, les récepteurs et des voies nerveuses qui conduisent à des troubles mentaux et les théories que les patients atteints de dépression ne ont pas la sérotonine et que les patients atteints de schizophrénie ont trop de dopamine ont longtemps été réfuté. La vérité est tout le contraire. Il n’y a pas déséquilibre chimique pour commencer, mais quand traiter la maladie mentale avec des médicaments, nous créons un déséquilibre chimique, une condition artificielle que le cerveau tente de contrer.

Amérique dupé : La vérité sur les antidépresseurs, antipsychotiques et comment nous avons été trompés
L’Amérique dupé l’histoire non-sensationnelle, fait-remplie de la façon dont les Américains sont venus à croire que la dépression et d’autres problèmes mentaux sont causés par des déséquilibres chimiques qui peuvent être fixés avec des pilules. Il révèle comment les études sur les médicaments utilisés pour obtenir l’approbation de la FDA sont conçus, payés et écrits par les compagnies pharmaceutiques elles-mêmes et sont délibérément trompeur. Partie 1 de l’Amérique Dupé est axée sur les antidépresseurs, leur efficacité et leurs effets secondaires, y compris les dommages permanents au cerveau qui résulte de l’utilisation à long terme dont si peu d’Américains ont aucune connaissance (y compris ceux qui prescrivent et ceux qui prennent des antidépresseurs).
 
regard lucide sur les méthodes douteuses de marketing des firmes pharmaceutiques
 
Il n’y a aucune preuve scientifique que les personnes dépressives souffrent d’une « carence en sérotonine »,
 
La théorie du déséquilibre chimique était vraiment un message de marketing...
C'était une façon de vendre de la drogue
Tout ce concept était connu pour être mauvais depuis 25 ans
 
"Il est grand temps qu'il soit dit clairement que la théorie du déséquilibre de la sérotonine de la dépression n'est pas étayée par des preuves scientifiques ou par des avis d'experts. Biais de la publicité trompeuse de l'industrie pharmaceutique...

Les victimes de la sclérose en plaque deviennent elles des victimes du gadolinium contraste pour l'IRM ?

Obligation de vaccination hépatite B: un pur scandale!

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article