Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
On drogue, on torture et on tue les vieux

On drogue, on torture et on tue les vieux

personnes âgées et médicaments, EHPAD, hôpital, maltraitance médicamenteuse, psychotropes, maison de retraite, , médecine...

métabolisation des médicaments chez les personnes agées / de plus de 65 ans : le génocide des métaboliseurs lents

 
On estime que 5 % à 10 % de la population européenne est "métaboliseur lent" pour une raison génétique.Il a été également établi que 44 % des personnes se plaignant d'effets secondaires sont des métaboliseurs lents.
Ce chiffre de 5 à 10 % ne compte pas les personnes les personnes âgées, dont le métabolisme naturel et normal diminue comme vu précédemment, ne compte pas les personnes ayant une insuffisance hépatique ou rénale ou toute autre maladie diminuant le métabolisme hépatique, ne compte pas non plus les personnes prenant plusieurs médicaments, lesquelles auront souvent aussi des concentrations trop importantes du fait de la concurrence enzymatique.
 
pharmacodépendance chez le sujet agé
Avec l’âge, les grandes fonctions métaboliques et homéostasiques perdent de leur efficacité et l’on observe des modifications de la pharmacocinétique de nombreux médicaments (diminution de l’élimination et risque d’accumulation)
 
«Les personnes âgées sont les premières victimes de la surmédicamentation, déplore Pierre Biron, spécialiste de la pharmacovigilance. Or, après 65 ans, les reins ne fonctionnent qu'à moitié. Ainsi, la même dose médicamenteuse ne sera pas éliminée aussi facilement par une personne de plus de 65 ans que par un jeune de 20 ans.» À ses yeux, les médecins ont la responsabilité de hiérarchiser les objectifs et les besoins lorsqu'ils font des prescriptions: le besoin est-il réel? Quelle est la dose de médicament la mieux adaptée? Quels sont les effets escomptés comparés à l'impact possible en termes de qualité de vie? ...

La pharmacologie et nous - III. Personnes âgées et psychotropes 
Source : "Les antipsychotiques", chapitre 14
Le vieillissement est associé à une diminution phy­siologique des capacités fonctionnelles de la plupart des organes du corps humain. La prise en compte de ces modifications et de leurs conséquences en termes de pharmacocinétique et de pharmacodynamie est nécessaire à une prescription sécurisée des psycho­tropes. Les modifications pharmacocinétiques liées au vieillissement sont caractérisées par une diminution de l'absorption (par diminution  de  l'acidité, de la mobilité, de l'afflux sanguin et de la surface gastro­ intestinale), une diminution de la fixation protéique (par diminution de l'albuminémie), une augmenta­tion du volume de distribution des médicaments lipo­philes, une diminution du métabolisme hépatique et de l'excrétion rénale.De façon générale, les modifi­cations pharmacodynamiques liées au vieillissement provoquent une hypersensibilité du système nerveux central aux psychotropes, une élimination plus lente et une métabolisation moins efficace (5) des psychotropes. En outre, les sujets âgés souffrent fréquemment de co­-morbidités médicales à risque de se voir décompensées par les effets indésirables des psychotropes et des anti­psychotiques en particulier. Enfin, les personnes âgées sont sujettes à la polymédication et ainsi exposées au risque d'interactions
...débuter le traitement à  une  posologie  plus faible (3 à 4 fois en général) que chez l'adulte jeune.
les augmentations posologiques, lorsqu'elles sont nécessaires, doivent se faire lentement (règle dite du start low, go slow) ;
éviter la prescription simultanée de plusieurs psychotropes de la même classe et de plusieurs classes de psychotropes ; évaluer régulièrement l'efficacité clinique et les effets indésirables, en recourant au besoin à des échelles d'évaluation clinique validées chez le sujet âgé....

Les systèmes métaboliques enzymatiques n’étant que partiellement développés à la naissance, les nouveau-nés ont des difficultés à métaboliser certains médicaments. Avec l’âge, l’activité enzymatique décroît et les personnes âgées, comme les nouveau-nés, ne métabolisent pas les médicaments avec la même efficacité que les grands enfants ou les jeunes adultes (voir Vieillissement et médicaments). Les nouveau-nés et les personnes âgées requièrent donc souvent des dosages moindres par kilogramme de poids corporel par rapport aux jeunes ou aux adultes d’âge moyen.
 
en cas d’insuffisance rénale, fréquente avec l’âge, ces médicaments s’accumulent dans l’organisme au lieu d’être évacués par les reins. Ils provoquent alors somnolence ou excitation, perte de mémoire ou raideur des membres. Ils sont à l’origine de chutes, confusions, sédation excessive.
 
Un patient insuffisant rénal est exposé à une accumulation des médicaments éliminés par voie rénale, et donc une augmentation de leurs effets indésirables dose-dépendants.

L'interaction entre un vaccin et un médicament a été signalée qu’avec la vaccination antigrippale et quatre médicaments (l’aminopyrine, phenytoin sodium, théophylline et warfarine sodique) et avec la théophylline et vaccin BCG. Certaines de ces interactions sont encore non confirmées. Le mécanisme sous-jacent de l’interaction est considéré comme due à ce vaccin (comme un inducteur de l’interféron) inactivant le système P-450 du cytochrome hépatique

Les deux patients hallucinés 5-6 jours après avoir reçu le vaccin contre la grippe saisonnière. 1 Tramadol inactivation est médiée par le cytochrome CYP3A4 et en pourcentage mineur par le cytochrome CYP2B6, 2,3 tandis que la formation de son principal métabolite actif (M1) a lieu par l' intermédiaire du cytochrome CYP2D6. Il a été démontré que le vaccin contre la grippe peut diminuer l'activité du cytochrome CYP3A4 et que cette diminution atteint son maximum 7 jours après la vaccination

Les effets indésirables graves (RMIS) sont une cause majeure de morbidité et de mortalité dans le monde entier. Certains EIG peuvent être prévisibles, sur la base pharmacodynamiques et pharmacocinétiques.....L'incidence globale des EIG chez les patients hospitalisés aux États-Unis a été estimé à 06/02 à 06/07% et l'incidence des effets indésirables mortels est estimée à 0,15-0,3% (REF. 2 ). Cela se traduit par plus de 2 millions EIG estimés chez les patients hospitalisés chaque année, avec plus de 100.000 morts, ce qui rend ces réactions comme une des causes ies plus mportantes de décès aux États-Unis. Des études en Europe et en Australie ont donné des estimations semblables 3 . Le fardeau des coûts résultant est énorme, ce qui représente des dizaines de milliards de dollars, et a un impact sur ​​les deux l'industrie pharmaceutique internationale des soins de santé et 4 .

Pharmacologies iatrogènes
Depuis l994, un nombre important de documents ont été publiés dans des revues à comité de lecture principales revues médicales sur les effets indésirables des médicaments (EIM). L'estimation approximative est que chaque année 2,2 millions d'Américains sont hospitalisés pour les ADR et plus de 100.000 en meurent. Ce sont simplement des réactions indésirables aux médicaments, qui sont souvent mais pas toujours, imprévisibles, et ne figurent que dans les petits caractères de la prescription de l'information. Les premiers documents ont été accueillies avec incrédulité qui se sont révélés être scientifiquement valable et le suivi des données confirme ces conclusions. Cela suscite une vive inquiétude à tous les niveaux, mais il pourrait être le cas que la volonté de prendre des mesures appropriées sont quelque peu influencé par les énormes dons faits aux partis politiques des deux côtés de la nef par les sociétés pharmaceutiques. 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article