Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
On drogue, on torture et on tue les vieux

On drogue, on torture et on tue les vieux

personnes âgées et médicaments, EHPAD, hôpital, maltraitance médicamenteuse, psychotropes, maison de retraite, , médecine...

Médicaments / drogues anticholinergiques : toxicomanie induite par le médecin et défonce sur ordonnances / camisole de force chimique et Alzheimer sur ordonnances

source : médicaments et drogues anticholinergiques :

Les médicaments Anticholinergiques sont liés au risque du handicap cognitif, et de mort dans une population plus âgée : Une grande étude, à long terme confirme que les médicaments avec l'activité anticholinergique, qui comprennent beaucoup de médicaments fréquemment pris par des adultes plus âgés, sont la cause d'handicap cognitif. La recherche est également la première pour recenser un lien possible entre ces médicaments - qui comprennent les aides délivrées sans ordonnance et d'ordonnance pour le sommeil et les demandes de règlement d'incontinence - et le risque de décès.L'étude biennale de l'incidence de ces médicaments sur 13.000 hommes et femmes âgés 65 et plus vieux fait partie des Études de Fonction Cognitive Médicale et de Vieillissement du Conseil " Recherche " (R-U) (CFAS), une grande initiative multicentre longitudinale Dont le siège est en Grande-Bretagne d'étude regardant la santé et la fonction cognitive dans des adultes plus âgés. Les Résultats de l'enquête de l'anticholinergics apparaissent Le 24 juin 2011 dans une publication en ligne avancée du Tourillon de la Société Américaine de Gériatrie.Affect d'Anticholinergics le cerveau en bloquant l'acétylcholine, une neurotransmetteur de système nerveux. Les produits Délivrés Sans Ordonnance contenant la diphénhydramine, vendue sous des marques variées telles que Benadryl-, Dramamine-, Excedrin P.M., Nytol-, Sominex-, Tylenol P.M., et Unisom-, ont une activité anticolinergique. D'Autres médicaments anticholinergiques, tels que Paxil / déroxat-, Detrol-, Demerol- et Elavil- sont disponibles par ordonnance.

Les effets secondaires anticholinergiques peuvent induire une perte d’autonomie, une diminution de la qualité de vie et une augmentation de la morbi-mortalité [8] . Ils peuvent être parfois mineurs, temporaires ou survenir comme conséquence d’une condition préexistante du patient. Cependant, pris dans leur ensemble, ils peuvent avoir des suites dramatiques sur l’état de santé de la personne âgée. En particulier, les effets atropiniques peuvent entraîner une confusion et amplifier le risque d’apparition de troubles de la mémoire
….Les médicaments anticholinergiques sont considérés comme potentiellement inappropriés chez les sujets âgés
 
De nombreux médicaments consommés régulièrement par les personnes âgées augmentent les risques de déclin cognitif et de mortalité, surtout lorsqu’ils sont combinés, selon une étude britannique publiée dans le Journal of the American Geriatrics Society. Ces médicaments sont utilisés pour le traitement de nombreuses conditions de santé. Ces médicaments, vendus sans ordonnance ou prescrits, ont un effet anticholinergique, c’est-à-dire qu’ils réduisent les effets du neurotransmetteur acétylcholine (un neurotransmetteur est une molécule qui permet le «passage» de l’influx nerveux d’une cellule nerveuse à l’autre).
 
Il s’agit des médicaments anticholinergiques qui incluent notamment certains antihypertenseurs, diurétiques, agents cardiovasculaires, antidépresseurs, anxiolytiques, antiépileptiques, antitussifs, antihistaminiques, anti-ashmatiques, anti-diarrhéiques, antihypertenseurs, médicaments pour le traitement du glaucome, médicaments pour le traitement de l’incontinence urinaire…
 
20 % des participants qui prenaient plusieurs médicaments ayant un effet anticholinergique sont décédés durant les deux années de l'étude comparativement à 7 % de ceux n'en prenant pas..
 
anti-cholinergiques
neurotoxiques
 
…Ces effets étaient jusqu’à présent considérés comme réversibles à l’arrêt du traitement. Cependant une étude publiée ce 26 janvier 2015 dans la revue scientifique américaine  » JAMA Internal Medicine  » et menée par une équipe l’Université de l’Etat de Washington à Seattle (Etats-Unis) *, vient de conclure que ce n’est pas toujours le cas et que la consommation prolongée par des patients âgés de certains de ces médicaments anticholinergiques, les antidépresseurs tricycliques, les anti-histaminiques de 1ère génération , et anti-muscariniques, pouvaient être associée à un risque de démence irréversible
L’étude a porté sur 3 434 patients âgés de plus de 65 ans, qui ont consommé ces médicaments pendant 10 ans, et dont aucun ne souffrait de démence au début de l’étude. Les chercheurs ont constaté que 23,2 % avaient développé des symptômes de démence, dont la Maladie d’Alzheimer chez 79,9% d’entre eux. L’origine médicamenteuse possible de cas démence irréversibles et de la Maladie d’Alzheimer chez les patients soumis pendant de longues périodes à ces médicaments semble ainsi établie.
 
Lorsqu’une quantité suffisante d’anticholinergique est en circulation dans le corps, un toxidrome (intoxication) appelé syndrome anticholinergique aigu peut se produire. Cela peut arriver accidentellement ou volontairement dans le cadre d’une consommation récréative (usage de drogues). Les drogues de cette classe sont généralement considérées comme peu « amusantes » par les consommateurs de drogues avertis. Parce que la plupart des usagers n’apprécient pas cette expérience, ils ne cherchent pas à la recommencer, ou très rarement. Les risques d’addiction sont faibles pour les médicaments de la classe des anticholinergiques.
 
Classiquement, en cas de syndrome atropinique ou anticholinergique, on décrit une peau sèche pouvant paraître rouge, une soif intense, une mydriase parfois aréactive, une hyperthermie, un délire et des hallucinations (c’est le syndrome d’ Alice au Pays des Merveilles : « dry as a bone, hot as a hare, red as a beet, and mad as a hatter »). A ces signes peuvent s’ajouter une rétention urinaire, une diminution des bruits intestinaux et du transit, voire un ileus, une faiblesse musculaire, une tachycardie et parfois des arythmie s cardiaques.
 
En 2012, le magazine Vice avait consacré un reportage vidéo en Colombie sur cette drogue que le news magazine n’hésitait alors pas à qualifier de drogue la plus dangereuse du monde.
 
L’Artane est considéré comme l’ecstasy des pauvres. Consommé avec de l’alcool et/ou du cannabis, il donne un sentiment de toute puissance, amenant l’individu au passage à l’acte
 
En France, plus de 300 médicaments présentent un effet anticholinergique
 
Plusieurs médicaments pris par les personnes âgées sont liés à un risque accru de déclin cognitif et de mortalité, surtout lorsqu’ils sont combinés, selon une étude, publiée dans le Journal of the American Geriatrics Society.
Score 1 (effet anticholinergique léger) :
Alimemazine (Theralen)
Alverine (Spasmonal)
Alprazolam (Xanax)
Aripiprazole (Abilify)
Asenapine (Saphris)
Atenolol (Tenormin)
Bupropion (Wellbutrin, Zyban)
Captopril (Capoten)
Cetirizine (Zyrtec)
Chlorthalidone (Diuril, Hygroton)
Cimetidine (Tagamet)
Clidinium (Librax)
Clorazepate (Tranxene)
Codeine (Contin)
Colchicine (Colcrys)
Desloratadine (Clarinex)
Diazepam (Valium)
Digoxin (Lanoxin)
Dipyridamole (Persantine)
Disopyramide (Norpace)
Fentanyl (Duragesic, Actiq)
Furosemide (Lasix)
Fluvoxamine (Luvox)
Haloperidol (Haldol)
Hydralazine (Apresoline)
Hydrocortisone (Cortef, Cortaid)
Iloperidone (Fanapt)
Isosorbide (Isordil, Ismo)
Levocetirizine (Xyzal)
Loperamide (Immodium, autres)
Loratadine (Claritin)
Metoprolol (Lopressor, Toprol)
Morphine MS (Contin, Avinza)
Nifedipine (Procardia, Adalat)
Paliperidone (Invega)
Prednisone (Deltasone, Sterapred)
Quinidine (Quinaglute)
Ranitidine (Zantac)
Risperidone (Risperdal)
Theophylline (Theodur, Uniphyl)
Trazodone (Desyrel)
Triamterene (Dyrenium)
Venlafaxine (Effexor)
Warfarin (Coumadin)
Score 2 (effet anticholinergique modéré) :
Amantadine (Symmetrel)
Belladonna (Multiple)
Carbamazepine (Tegretol)
Cyclobenzaprine (Flexeril)
Cyproheptadine (Periactin)
Loxapine (Loxitane)
Meperidine (Demerol)
Methotrimeprazine (Levoprome)
Molindone (Moban)
Nefopam (Nefogesic)
Oxcarbazepine (Trileptal)
Pimozide (Orap)
Score 3 (effet anticholinergique sévère) :
Amitriptyline (Elavil)
Amoxapine (Asendin)
Atropine (Sal-Tropine)
Benztropine (Cogentin)
Brompheniramine (Dimetapp)
Carbinoxamine (Histex, Carbihist)
Chlorpheniramine (Chlor-Trimeton)
Chlorpromazine (Thorazine)
Clemastine (Tavist)
Clomipramine (Anafranil)
Clozapine (Clozaril)
Darifenacin (Enablex)
Desipramine (Norpramin)
Dicyclomine (Bentyl)
Dimenhydrinate (Dramamine, others)
Diphenhydramine (Benadryl, others)
Doxepin (Sinequan)
Doxylamine (Unisom, others
Fesoterodine (Toviaz
Flavoxate (Urispas
Hydroxyzine (Atarax, Vistaril
Hyoscyamine (Anaspaz, Levsin
Imipramine (Tofranil
Meclizine (Antivert
Methocarbamol (Robaxin
Nortriptyline (Pamelor
Olanzapine (Zyprexa
Orphenadrine (Norflex
Oxybutynin (Ditropan
Paroxetine (Paxil
Perphenazine (Trilafon
Promethazine (Phenergan
Propantheline (Pro-Banthine
Propiverine (Detrunorm
Quetiapine (Seroquel
Scopolamine (Transderm Scop
Solifenacin (Vesicare
Thioridazine (Mellaril
Tolterodine (Detrol
Trifluoperazine (Stelazine
Trihexyphenidyl (Artane
Trimipramine (Surmontil
Trospium (Sanctura
 
La scopolamine, drogue qui prive le sujet intoxiqué de son libre-arbitre et de sa capacité à discerner le bien du mal, a été approuvée par la FDA pour le développement d’injection et de timbre dermique
Commentaire : " je connais cette drogue, TRES repandue en Colombie surtout . Dans la famille de mon epouse , plusieurs ont subi des attaques a la scopolamine. Ce n est pas une drogue de divertissement , mais une drogue utilisee par les delinquants, la plupart du temps pour vider le compte bancaire des victimes , avec retrait de carte
 
Voici un documentaire où des personnes témoignent avoir été intoxiquées par cette puissante drogue, laquelle transforme tout individu en zombie qui obéit aux ordres..
 
La scopolamine est un anticholinergique. Elle agit en se liant aux récepteurs muscariniques de l’acétylcholine dans le système nerveux central et périphérique empêchant ainsi l’action du neurotransmetteur
 
 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article